• Dès à présent, il faut que vous sachiez qu'il vous faudra retrouver 3 actes d'état civil pour remonter le temps.
  • Acte de baptême, après 1792 acte de naissance.
  • Acte de mariage.
  • Acte de sépulture, après 1792 acte de décès.

Petite précision : L'ancien régime c'est la période avant 1792.

Les Actes de baptême, mariage et sépultures seront tenus par les curés jusqu'en 1792 date de la création de l'état civil. Ensuite, ce sont les maires des communes où habitent vos ancêtres qui tiendront les registres. Le mariage civil est le seul à avoir une valeur juridique.   

Pour plus de facilité après 1792 jusqu'à nos jours, chaque registre comportera à la fin de chaque année une table annuelle et tous les dix ans une table décennale alphabétique. A partir des années 1805 sera établi un registre "miracle" qui facilitera nos recherches ; "les tables décennales" jusqu'en 1902.

C'est pourquoi nos recherches seront très facile jusqu'à la révolution. Quoi que les difficultés commenceront à apparaître en 1805 jusqu'en 1791 avec le calendrier républicain. Mais il suffit de se munir d'une table de concordance et bien vite vous maîtriserez le problème. Des difficultés plus contraignantes commenceront en 1791 quand les registres religieux n'auront plus de tables ; il faudra lire et parfois déchiffrer acte par acte pour retrouver celui que vous cherchez. Je dis déchiffrer, car plus on remonte le temps plus l'écriture se complique. Les passionnés et les persévérants continueront se prendront au jeu et s'adapteront rapidement.

calendrier_r_publicain

Cette semaine, je vais vous parler de l'acte de naissances (baptêmes). Ne le prenez pas pour une lecture rébarbative, elle est indispensable pour mieux comprendre vos recherches.

Acte de baptêmes appelé ensuite Acte de naissance.

L'ordonnance de Villers-Cotterêts impose la tenue des registres de baptêmes à partir d'août 1539. Théoriquement nous pourrions remonter nos recherches jusqu'en 1539, tout au moins pour ceux qui étaient catholiques. Au début, cette ordonnance ne fut pas sérieusement appliquée ; il n'y a que dans 22 départements que l'on trouve des collections commençant entre 1539 et 1579 et encore certains d'entre eux n'ayant pu appliquer cette réforme que pour quelques paroisses. La Bretagne, avait devancé l'ordonnance royale et fut la première à s'y soumettre ; en revanche, le Midi, le Languedoc et l'Aquitaine l'a pratiquement ignorée.

villers_cotterets_ordonnance

En 1563, l'acte de baptême rédigé par les curés devait comporter le nom du baptisé ainsi que celui de son parrain et de sa marraine, afin d'éviter la célébration plus tard de mariages entre personnes liées par des parentés religieuses. Dans l'acte il sera mentionné le jour du baptême (attention ce n'est pas forcément celui de la naissance cette dernière peut avoir eu lieu 1 ou 2 jours avant) du prénom qui sera donné à l'enfant souvent celui du parrain ou de la marraine. Mais pour un premier enfant , on donnait le prénom du grand-père paternel, ou maternel pour le second. De sa grand-mère paternelle pour la première fille, et de sa grand-mère maternelle pour la seconde. L'acte sera signé par l'officiant, les parrain et marraine et souvent le père, s'ils ne savent pas signer cela sera précisé.

acte_de_bapt_me

naissance_mariage_d_c_s

Au cours du XIXème siècle cet acte sera riche en renseignements, il pourra localiser le mariage ou le décès de la personne car dès l'apparition des mentions marginales,  elles seront inscrites en marge de l'acte de naissance.

Il peut s'agir des mentions suivantes :

- Adopté le.... et par....depuis 1955. Ce qui concernera les actes de naissance du XXème siècle. A savoir qu'en cas d'adoption plénière, la nouvelle filiation se substitue à l'ancienne. L'acte de naissance initial, rayé, n'est alors plus communicable à l'intéressé.

- Adopté par la nation le.... depuis 1917, réservé aux pupilles de la nation, surtout pour les enfants ayant perdu leur père pendant la guerre de 1914.

- Décédé le.... à.... après la loi du 29 mars 1945.

- Légitimé le....par.... dès le 17 août 1897.

- Marié le.... à.... après le 17 août 1897. En cas de plusieurs remariages toutes les mentions concernant les mariages figureront sur l'acte de naissance. Ces mentions ont été créées afin de lutter contre la bigamie. Chaque conjoint, devant avant son mariage produire un acte de naissance avec toutes les mentions.

- Mort pour la France le.... depuis 1945 mais la mention existe depuis le 2 juillet 1915.

Une particularité que j'ai rencontré plusieurs fois dans la marge des actes de naissance de la fin du XIXème siècle et qui mérite d'être signalée. Pendant la dernière guerre pour justifier qu'une personne avait reçu des bons de denrées alimentaires, on inscrivait soit un point rouge ou bleu, soit des croix au crayon avec les initiales CA (pour carte d'alimentation) et même parfois la date de la demande et le lieu de la résidence de l'intéressé. Quand je vous dis que tous les détails sont importants pour l'histoire des familles.

photo_de_bapt_me

Mes sources : Guide des Recherches sur l'histoire des familles de Gildas Bernard et Larousse de la Généalogie.

Rendez-vous Mercredi prochain