Jusqu'à présent, je vous ai parlé des recherches par l'Etat Civil, partant des actes essentiels ponctuant la vie de nos ancêtres. Nous avons renconté les cas les plus fréquents auxquels vous serez confronté, mais il y a quelques cas spécifiques qui vous emmèneront sur les chemins plus difficiles.

archives

Parlons  tout d'abord des enfants naturels.

Ce sont les enfants nés hors mariage et dont l'acte de naissance, s'il indique l'identité de sa mère, n'établit en fait pas de filiation juridique. Un enfant ne peut pas hériter de sa mère si elle ne l'a pas reconnu par un acte de reconnaissance dans une mairie, cet acte est différent de la légitimation qui intervient lors du mariage ultérieur par exemple de la mère et par laquelle l'époux déclare reconnaître l'enfant même si le mari n'est pas le père biologique. Dans ce cas vous ne saurez jamais si le mari est oui ou non le père géniteur et cela vous donnera un doute sur l'exactitude de vos origines.

5_abandon 5_abandon 5_abandon

Il faudra rechercher les actes de reconnaissances et de baptème ou figureront des informations, rechercher également dans la commune où l'enfant est né si vous avez la chance de la connaître, chercher  l'acte de décès de la mère, son éventuel mariage (postérieur) voir s'il y a d'autres enfants et, avec toute réserve son acte de naissance. On pourra consulter également les recensements et pour un domestique à savoir que vous aurez plus de chance de le trouver ou réside la famille dans laquelle il travaille. Je reviendrai plus amplement une prochaine fois sur les recensements. Parfois sur les actes de baptème antérieures à 1793 vous pourrez trouver des indices concernant le père apportée par la sage femme auprès de laquelle la maman se serait confiée.

6_abandon

Néanmoins, sachez qu'avant 1793 vous pouvez rechercher éventuellement une déclaration de grossesse, que toute mère célibataire devait en principe faire selon une loi destinée à combattre les tentations d'infanticide. Vous les trouverez dans les archives notariales, de police ou en série B des archives départementales. La loi du 26 février 1708,  ordonnait aux filles non mariées et aux veuves qui attendaient un enfant de déclarer leur grossesse sous peine de mort.

Pour les enfants abandonnés,

Les recherches sont encore plus difficiles et plus frustrantes. En 1638, Saint Vincent de Paul avait fondé l'oeuvre des enfants trouvés. Au XVIIIème et XIXème siècle ces hospices s'étaient équipés de tours sortes de tambours pivotants intégrés dans leurs murs et destinés à permettre aux mères d'y déposer leur enfant anonymement.

Tour_d_bandon

Dès l'arrivée dans ces hospices l'enfant était pris en charge et faisait l'objet d'un procès verbal décrivant l'état dans lequel il avait été récupéré, ses linges dans lesquels il était entouré. A partir de 1793 on établissait un acte de naissance que l'on retranscrivait au jour et à l'heure où était trouvé l'enfant. Il était baptisé et avait un acte de baptème. En cas d'abscence total d'acte d'état civil, l'enfant à sa majorité pouvait demander au juge de lui en établir un, fictif, par un acte de notoriété, le faisant naître à une date et un lieu arbitraire. L'assistance publique de son côté délivrait aux pupilles de l'Etat des certificats d'origine.

4_ABANDON

En ce qui concerne les enfants abandonnés, dans la profession nous avons une généalogiste spécialiste de ces questions "Myriam Provence". Elle distingue plusieurs cas tout en détaillant la marche à suivre dans les fonds d'archives spécifiques, notamment à partir du numéro d'immatriculation figurant dans les actes de mariage de ces personnes. Je vous conseillerai d'acheter son guide :

Guide des recherches sur les enfants naturels et abandonnés.

Par Myriam Provence

Editions : Brocéliande

Parution 01.04.2001

3__ABANDON

En plus des recherches d'état civil (actes de naissance, baptème, reconnaissance) il ne faut pas oublier d'exploiter les archives spécifiques et les archives hospitalières déposées aux archives départementales. Pour bien vous orienter dans vos recherches, n'hésitez pas à questionner le président de la salle de lecture aux archives ; il n'est pas là pour faire vos recherches à votre place, mais il est là pour vous aider et bien vous aiguiller dans les inventaires mis à votre disposition.

2_ABANDON

Vous pouvez également vous adresser uniquement si vous êtes l'intéressé ou un de ses descendants directs :

Direction de l'Action Sociale de l'Enfance et de la Santé

Dans le cas d'un enfant adopté,

Il est bon de savoir, que l'adoption a pour effet d'annuler l'acte de naissance remplacé par un acte fictif, intégrant l'identité des nouveaux parents, on pourra rechercher le jugement d'adoption et intérroger l'oeuvre d'adoption concerné.

J'ai relevé dans "Le Larousse de la Généalogie" deux associations pouvant vous aider :

1) DPEAO, (Droit des pupilles de l'état et des adoptés à leurs origines) 36, rue Costes et Bellonte 41000 Blois.

2) GEN-AB, B.P. 5010 - 38821 Grenoble Cédex

N'oubliez pas de me laisser un petit com. d'encouragement car vous savez, c'est beaucoup de travail, de rechercher, de préparer, et d'éditer. 

Mes sources : Guide des Recherches sur l'histoire des familles de Gildas Bernard,  Larousse de la Généalogie et pour les photos le livre : Il y a un siècle l'Enfance de Ronan Dantec.

RENDEZ-VOUS : Mercredi 10 Mars 2010